La critique

Deuxième épisode faisant directement suite à « 21 Jump Street », « 22 Jump Street » reprend les ingrédients qui avaient permis à son prédécesseur de se faire un nom dans le genre de la comédie. Voyons si Jenko et Schmidt n'ont pas perdu leur sens de l'humour et si la sauce prend toujours autant avec ces deux super-héros policier.

D'un point de vue scénaristique, « 22 Jump Street » ressemble beaucoup (trop) à son petit frère sorti en 2011. Au point même que si vous mettiez « 21 Jump Street » à côté du 22, vous verriez plus d'une similitude.

22 Jump Street
22 Jump Street

On peut clairement l'affirmer ce dernier épisode est un faux copier/coller du premier. Comme dans « 21 Jump Street », on a droit à une petite introduction avec ensuite un passage dans le bureau du supérieur qui les envoie à Jump Street. Ensuite les deux collègues sont briefés et ne doivent plus infiltrer un lycée mais l'université ce qui est la plus grosse différence entre les deux scénarios. Sans raconter la suite vous avez deviné comment se termine l'histoire et quelles difficultés éprouveront Jenko et Schmidt dans leur enquête tordue.

C'est donc en ne réinventant vraiment rien que Phil Lord et Chris Miller nous font revenir à Jump Street. Le fun, l'humour et le côté déjanté sont toujours là mais il faut quand même avouer que la sauce prend beaucoup moins. Avons-nous grandi nous spectateur, pour ne plus rire aux conneries de ces deux-là ? Ou simplement l'épisode a-t-il perdu l'étincelle du premier ? Ce qui ne fait aucun doute c'est que vous rirez moins devant ce deuxième opus. Toute la mise en place de l'histoire fait quelque peu sourire parfois, mais heureusement pour nous, l'humour gagne en puissance au fur et à mesure de l'avancée du film pour atteindre son point chaud vers la fin. Cette particularité nous permettra d'oublier un peu notre déception du début même si plusieurs facteurs ont peut-être influencé, comme une VF qui a sans doute beaucoup de mal à retranscrire le côté humoristique de certaines scènes (l'accent sud-américain de Jonah Hill).

Il n'en reste pas moins que l'on passe un bon moment devant « 22 Jump Street ». Comme pour le premier film, c'est Jonah Hill et son compère Channing Tatum qui nous permettent de nous amuser. Alors que le premier est mondialement reconnu pour son humour, on sent un gros potentiel chez le deuxième que l'on voit rarement dans de tels rôles. Un duo qui fait une fois de plus merveille et porte véritablement le film. Pour le reste du casting par contre on peut avoir quelques déceptions. Entre le grand blondinet ressemblant à Bodhi dans « Point Break » et la blonde débile aux grimasses affreuses, l'oscar de la pire prestation est difficile à décerner. Je pense quand même que Jillian Bell dans son rôle de Mercedes, serait proclamée gagnante.