La critique

Après le « Gravity » de Cuaron l'année dernière, on retourne dans l'espace avec le dernier film de Christopher Nolan : « Interstellar ». Un voyage au-delà des limites de l'humanité mais aussi de mes espérances personnelles.

C'est donc le 5 novembre dernier que l'on a retrouvé Christopher Nolan après deux ans d’absence et un « The Dark Knight Rises » qui avait conclu une superbe trilogie sur l'homme chauve-souris.

Interstellar
Interstellar

Le retour des frères Nolan

Le metteur en scène retourne cette fois-ci dans la science-fiction qu'il avait quittée avec « Inception », et plus particulièrement dans le voyage dans le temps. Co-écrit par les deux frères Nolan (Jonathan et donc Christopher), « Interstellar » vous transporte littéralement dans un voyage de trois heures dont vous ne ressortirez certainement pas indemne.

C'est avec une histoire solide, bien construite et qui nous apprend des choses (l'espace-temps, les trous de vers, les trous noirs) que le dernier-né du génie Nolan se montre devant nous. Une histoire des plus passionnantes, qui met un peu de temps à débuter, mais qui au final ravit totalement. Un scénario maîtrisé de bout en bout, inventif, jamais vu, d'une richesse incroyable, aux multiples rebondissements et moments de bravoures, et aux personnages atypiques mais intéressants. « Interstellar » c'est tout ça à la fois. Une beauté visuelle comme pouvait l'être « Gravity » mais aussi un script digne des Nolan (ce qui est loin d'être le cas de « Gravity »). Il est très rare aujourd'hui d'être devant une œuvre qui vous apprend des choses. Une œuvre interstellaire, à la fois didactique, cognitive mais surtout fascinante.

Quelques têtes connues...

Pour accompagner cette flamme naissante d'un scénario à la fois efficace et touchant, Nolan et son budget colossal s'attribuent l'un des meilleurs castings de cette année 2014. Matthew Mcconaughey en tête d'affiche, n'a plus à prouver son talent. Après avoir reçu l'oscar pour son rôle de malade du sida dans « Dallas Buyers Club », l'acteur signe ici une très grosse performance. Une interprétation qui donne toute sa puissance au personnage principal du film et qui nous permet de s'y identifier. Dans le rôle du docteur Brand, on retrouve la magnifique Anne Hathaway. Une présence qui marque une deuxième collaboration avec Nolan après « The Dark Knight Rises ». Le fabuleux Michael Caine est une fois de plus au rendez-vous. On notera aussi les apparitions de Jessica Chastain, Matt Damon (bien que courte), de Casey Affleck ou encore de Wes Bentley. Un casting riche et totalement idéal.

Connu pour ne pas être un adepte des images de synthèse et de la 3D, Christopher Nolan nous prouve une fois de plus qu'il est possible de faire un film totalement réaliste sans créer des environnements complets sur ordinateur. Le résultat, ce sont des plans réalistes et d'une beauté certaine grâce notamment à la technologie IMAX. Les séquences sur les planètes inconnues sont simplement hallucinantes de réalisme et pour cause, elles ont été tournées en Islande. Nolan est un perfectionniste, au point que mêmes les deux robots du film Case et Tars ont été créés de toutes pièces. Une quête du réalisme qui favorise l'immersion comme c'était déjà le cas pour la trilogie Batman. Une particularité de Nolan que l'on ne peut qu'apprécier quand on voit des villes créer complètement en 3D dans certains films.