La critique

Troisième épisode de la fameuse saga pour adolescents, « Hunger Games : La révolte Partie I » fait directement suite à « L'embrasement » qui ne m'avait déjà pas du tout convaincu. Voyons si ce dernier opus sublime ou empire une saga déjà loin d'être mémorable.

A l'évidence et sans grand suspense, on opte pour la seconde option. Je ne vais pas y aller par quatre chemins, ce dernier Hunger Games est le plus nul de la trilogie. La faute sûrement à la césure en deux parties du dernier livre de Suzanne Collins.

Hunger Games: La Revolte partie I
Hunger Games: La Revolte partie I

Cette première partie dénuée d'action mais aux discours politiques rodés, nous ennuie au plus haut point et ce du début à la fin. Le scénario est pourtant assez intelligent, porté sur la médiatisation, la propagande et le combat médiatique. Seulement cette histoire longue de deux heures, aurait pu tenir sur vingt minutes et permettre de ne pas avoir deux épisodes finaux, mais bien un seul. Malheureusement il en a été autrement et comme pour le dernier Harry Potter et le dernier Twilight, cette « partie I » est une terrible déception.

Car « Hunger Games : la Révolte partie I » ne vous marquera certainement pas et vous y trouverez plein de défauts. Après une histoire au contenu bien trop juste et simpliste, on pourra reprocher au film son manque de finesse, d'action mais aussi son véritable discours caché. L'action est pourtant globalement bien filmée, le seul problème c'est qu'elle est très peu présente. La seule scène qui nous réveille est malheureusement présente dans la bande-annonce. On ne découvre donc rien du tout.

Sous son air de discours et de manipulation politique, le film de Francis Lawrence cache véritablement une intrigue pour adolescents, sans intérêt et débile. Car même si la propagande est au cœur du film, elle n'est qu'une carte posée sur le vrai fondement du film : Katniss va-t-elle sauver son amour, Peeta, prisonnier du Capitol ? Et vous ne pourrez pas me dire que cela va plus loin car c'est faux. L'amour débile est toujours bien présent dans cet épisode bidon avec les retrouvailles entre Gale et Katniss, et la relation télévisuelle entre cette dernière et Peeta. Le film est donc affligeant de non-crédibilité, sur le fond comme sur la forme.

On peut parler de non-crédibilité dans le casting par exemple. Pour la première fois dans la saga, Jennifer Lawrence n'est pas dans du tout dans le coup. Loin de son personnage, l'actrice dégage une impression de ras-le-bol que l'on peut légitimement comprendre quand on voit les directions que prend la saga. A côté de ça, le reste des acteurs est plutôt bien, ce qui sauve un peu la baraque. Philip Seymour Hoffman et Julianne Moore sont tous les deux très crédibles, Liam Hemsworth est correct et on aurait aimé voir d'avantage Nathalie Dormer et sa coupe peu conventionnelle. Josh Hutcherson a proposé la même chose que d'habitude, à savoir un jeu d'acteur assez crédible.