La critique

Après deux ans d'absence, nos bien-aimés Wachowski reviennent avec un blockbuster tout droit venu de leur imagination débordante. Alors que « Cloud Atlas » avait divisé (pour mieux régner) mais globalement été apprécié, « Jupiter Ascending » (plutôt que la traduction française risible) ne déroge pas la règle. Space-opéra nanardesque ou objet visuel venu d'ailleurs, à vous d'en décider.

Capable de réaliser des films absolument incroyables aussi bien au niveau du scénario que des éléments visuels, les frères et sœurs Wachowski s'entêtent à réessayer l'exploit qu'ils avaient réussi avec leur dernier film « Cloud Atlas » : faire un film au-delà de l'humanité et de l'imaginaire. C'est ainsi que les réalisateurs et réalisatrices accouchent de « Jupiter Ascending », un film visuellement perché mais aux lacunes scénaristiques aberrantes.

Jupiter: Le Destin de l'Univers
Jupiter: Le Destin de l'Univers

Entre « badguy » énervant et héroïne capricieuse, on aime Channing

L'histoire de Jupiter Jones est en effet loin d'être satisfaisante. Entre des dialogues qui frisent le ridicule, un humour potache pas toujours bienvenu ou encore une histoire d'amour bourrée de clichés, le dernier-né des créateurs de la trilogie Matrix accumule les bavures pour finalement rendre une copie plus que mitigée. Un résultat en partie due à cette histoire aux multiples lacunes. Des clichés, encore des clichés et toujours des clichés. La fille de sang royal qui récure les toilettes, la romance niaise au possible entre un demi-loup et une demi-actrice, un « badguy » qu'on aurait aimé claquer et des scènes ridicules comme celle où les abeilles volent autour de Jupiter. Oui, malgré mon amour pour les films des Wachowski, il faut bien avouer que sur ce coup-là ils se sont plantés. Et en beauté.

Si tout n'est pas à jeter dans « Jupiter Ascending », loin de là, il y a quand même des erreurs qui étaient largement évitables. A commencer par faire un scénario certes ambitieux de par son univers, mais déjà vu. Comme si cela ne suffisait pas, les réalisateurs ont eu la bonne idée de lui greffer une histoire d'amour des plus agaçantes et futiles. Une romance qui a plus que du mal à prendre, cela s'expliquant peut-être par notre désintérêt fort pour l'héroïne du film. Petite reine qui fait des comédies comme une gamine qui veut son jouet, Jupiter Jones est un personnage à qui l'on ne peut s'attacher du fait qu'il est énormément sous-traité. On nous résume sa vie en deux minutes d'introduction, on nous la présente comme une moins que rien, sans jamais nous en dire plus. Et ce n'est pas la prestation de Mila Kunis qui arrange les choses. Une interprétation plate, sans piment, dénué de toutes émotions. Le choix de casting est là encore très douteux quand on voit que Nathalie Portman était pressentie pour le rôle.

Alors pour se réconforter un peu et se dire que l'on ne s'est pas fait arnaquer d'avoir fait le déplacement en salle, on se tourne vers le personnage cool du film à savoir Caine sous les traits de Channing Tatum. Un personnage pas plus approfondis que Jupiter mais qui a le mérite de ne pas nous énerver à cause de caprices, et de nous en mettre plein les mirettes avec des scènes d'action à couper le souffle. Bouclier et pistolet en main, Caine vous fait vivre des combats hallucinants probablement jamais vu auparavant. Du côté de l'interprétation, il ne fait aucun doute que Channing Tatum est bien meilleur que son acolyte Mila Kunis. Pour ce qui est des seconds rôles, on retrouve Sean Bean qui à notre grande surprise survit au voyage, Douglas Booth en Titus Abrasax et l'abominable Eddie Redmayne. Dans la peau de Balem l'acteur nous livre une prestation digne des plus grands nanars. On sent pourtant que l'acteur s'est investi en ayant travaillé son timbre de voix. Malheureusement son interprétation tombe rapidement dans le ridicule et ses pétages de câbles n'y changeront rien. Moins on le voit et mieux on se porte.

Univers grandiose et action dosée, les points forts d'un désastre

Tout ceci dit, il va bien falloir reconnaître que le film a des points positifs. Parmi eux, l'univers créé par les réalisateurs ou artistes Wachowski qui est un pur délire visuel. On y retrouve des architectures gothiques, des inspirations urbaines et des personnages peu communs. L'imagination débordante des deux réalisateurs ne peut que rendre admiratif et contemplatif de cette œuvre visuelle venue d'ailleurs. Les couleurs sont soignées et tournent volontairement dans des teintes très chaudes, les effets spéciaux sont novateurs ce qui démarque le film de tout autre blockbuster. Perdu entre Star Wars, Star Trek et les Gardiens de la Galaxie, les Wachowski ont construit un monde riche et réaliste en s'employant à faire la satire de notre société actuelle (Capitalisme, administrations). Le sujet du féminisme est aussi abordé même si cela manque de justesse et parfois de légèreté.