La critique

Après un deuxième épisode plutôt décevant, Michael Bay nous présente son très lucratif troisième opus: Transformers 3: La Face Cachée de la Lune. Voyons ce que le film a comme argument à faire valoir.

Je commencerais par le scénario, qui est dans la ligné de celui des deux précédents opus. Il est donc pas terrible, peu recherché et assez bancale.

Transformers 3: la Face Cachée de la Lune
Transformers 3: la Face Cachée de la Lune

On en a un peu marre que les Décepticons reviennent encore une fois avec toujours Mégatron en chef. C'est quand qu'ils meurent ? En trois épisode on a trois fois le même méchant accompagné d'un autre petit méchant. C'est trop répétitif. Pour cet épisode les bandes annonces étaient trompeuses car elles présentaient Shockwave comme le grand méchant du film. Ce robot en impose beaucoup, il est très impressionnant. Hélas on le voit trop peu...

Derrière cet épisode se cache pourtant de belle idées qui donnaient de l'espoir quant à l'histoire du film. Mais non rien n'y fait malgré une bonne introduction et une histoire de la conquête de la Lune très bien réécrite, le film se perd dans l'action. C'est une fois de plus dommage. A noter quelques rebondissements scénaristiques plutôt sympathiques mais rien d'extraordinaire. De plus, un final qui manque de réalisme je trouve. Optimus le chef des autobots, un robot très puissant, qui est coincé dans des câbles. C'est pas très logique... Je ne l'aurais pas écrit comme ça...

Ce Transformers est un film bourré d'action, si bien que les scènes un peu parlante deviennent vite ennuyeuse. Il faut dire que les dialogues n'ont pas grand chose d'intéressant, même si il ne sont pas aussi risible que dans Transformers 2: La Revanche. On a toujours des robots qui parlent pour ne rien dire, Optimus qui sort des répliques comme «Ce n'est pas fini». Toujours beaucoup de répartis à ce que l'on peut voir... Pour en revenir à l'action qu'il peut y avoir dans le film, on a une guerre sans merci durant une bonne heure et demi. Écroulement de bâtiments, séquences dans les airs, des scènes vraiment époustouflantes.

Néanmoins un point réellement positif du film et qui est absolument incontestable: les effets spéciaux. Je dirai que pour l'instant à l'heure de cette critique ils n'ont jamais été égalé(Peut être Man of Steel de Zack Znyder). L'intégration des robots à l'écran est simplement magique. Les plans tournés par Michael Bay ont réellement été pensé pour pouvoir recevoir des robots réalisés en images de synthèse. Ajouté à cela une très grande maîtrise des explosions, pyrotechnie et autres effets visuels. La ville de Chicago est vraiment réduite à feu et à sang. En parlant de sang, c'est la nouveauté de Transformers 3 par rapport aux deux épisodes précédents, les robots saignent. Au fil du film cela n'a rien de gênant mais cela enlève du réalisme. Logiquement un robot de fer ne crache pas de liquide. Mais Michael Bay n'a pas dù le voir comme ça...

Au niveau du son le film n'a rien à envier, on retrouve évidemment le thème principal toujours aussi agréable. Pour ce troisième épisode on a droit à quelques autres morceaux plutôt sympathiques, et utilisés à bonne escient. Le groupe de rock Néo-Métal Linkin Park a une fois de plus participé à la bande sonore et cette fois c'est la chanson « Iridescent » qui a été sélectionné. On l'entend une seule fois. Du côté de la bande son c'est donc plutôt une réussite.