La critique

Deuxième opus d'une saga qui sera découpé en quatre films, « Hunger Games : l'embrasement » fait suite à un premier épisode inégal qui avait laissé un goût de déception.

Dans ce deuxième épisode, on retrouve nos acteurs Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson,etc.., mais on change de réalisateur, Francis Lawrence ayant chipé la place de Gary Ross. Un changement qui si on ne le sait pas ne se remarque pas. Le style des deux réalisateurs est assez semblable pour des films au final qui sont eux-mêmes très similaires.

Hunger Games L'embrasement
Hunger Games L'embrasement

L'histoire de ce deuxième opus est la suite chronologique du premier épisode. Une histoire assez bien construite avec surtout un univers toujours original et sombre. Les district ressemblent à Tchernobyl après l'explosion nucléaire, tout est gris, peu de végétation, pas de soleil, un endroit où il ne fait pas bon vivre. La dictature mise en place par le capitole, monde plein de paillette, de feux d'artifice et de fêtes nocturnes, est un bon élément du scénario même si les « dictateurs » sont un peu caricaturaux et donc peu crédibles. De l'autre côté la télé-réalité dans toute sa splendeur, l’exagération (présentateur télé), le contrôle de l'émission et l’engouement du public. Tous ces éléments de l'histoire tirés du livre éponyme, sont très intéressants et d'actualité dans notre société.

Seulement un bon livre ne fait généralement pas un bon film. Et si le premier épisode n'avait pas forcément passionné, cette suite ne fait certainement pas mieux. Une première heure et quart très lente avec beaucoup de dialogues parfois très inutiles (« Quel est ta couleur préférée, moi c'est le orange ») et des enjeux assez inexistant. Quelques rôles dont on se seraient bien passés mention spéciale au personnage d'Elizabeth Banks. D'un côté un monde plein de paillettes, de l'autre de la pauvreté, autant dire d'un côté les méchants riches de l'autre les gentils pauvres torturés. Trop de manichéisme.

Cette heure et ce quart d'heure passées on parle plus on tue. Place à l'arène et au dernier rebondissement avant d'y entrer, et maintenant massacrez-vous. Tous les participants sont contre le fait de se battre mais arriver dans le dôme plus de pitié. Coup de lance, de couteau, flèche en pleine poitrine, etc.. Sans compter que sous ce dôme c'est la jungle. Autant dire que la fin du film tient ses promesses de blockbuster sans cervelle. Un Koh-Lanta des temps modernes. Cette deuxième partie a au moins le mérite de pas nous ennuyer comme la première. Pour finir sur l'histoire, le final est du plus nul et je pèse mes mots. Aucun dénouement il faudra attendre la suite même si cela ne fait pas trop envie.

Côté casting ce n'est pas trop mal, Jennifer Lawrence est plutôt bien, Josh Hutcherson un peu moins. Heureusement que Woody Harrelson est là sinon on n'aurait jamais plus rire du film même si les blagues ne sont pas extraordinaires. Philip Seymour Hoffman et son personnage se révèlent plus importants qu'ils n'y paraissent au début et l'acteur a été bon. Liam Hemsworth a aussi été convaincant. Casting plutôt correct.