La critique

Film de David Lynch sorti au cinéma en 2001, « Mulholland Drive » est un véritable labyrinthe scénaristique où s'entremêle passion, amour, meurtre et folie.

Ceux qui ont vu le film savent évidemment que le gros point fort de « Mulholland Drive », c'est son scénario, plus particulièrement son histoire. Une histoire originale, décousu, troublante et pleine de critiques envers Hollywood notamment.

Mulholland Drive
Mulholland Drive

Le film tourne autour de l'histoire de Rita (Laura Elena Harring), devenue amnésique après un grave accident de la route. Sa rencontre avec Betty (Naomi Watts) va tout bouleverser puisque les jeunes femmes commencent à s'attacher l'une à l'autre. C'est finalement une petite boîte bleue qui va nous faire passer de ce monde enchanteur à de l'horreur pure et simple. Je n'en dis pas plus sur l'histoire mais les derniers paragraphes seront consacrés à l'éclaircissement du film.

Ce qui frappe dans  «Mulholland Drive » c'est l'ambiance glauque que le film apporte. Une ambiance presque malsaine et flippante parfois ( la fin notamment). Les scènes se suivent et sont souvent incomprises du spectateur. Les liens sont au premier visionnage difficile à cerner. Les détails sont très importants mais surtout très nombreux c'est pourquoi il est difficile de tout retenir et de pouvoir dénouer l'histoire comme on l'aurait souhaité.

David Lynch avait tout préparé. Il voulait un film qui marque à jamais l'histoire du cinéma par son originalité et par l'interprétation que le spectateur en ferait. Car oui, c'est bien nous qui sommes mis à contribution. C'est à nous de dénouer l'histoire et de savoir ce qui se passe réellement dans ce récit fou. David Lynch n'a d'ailleurs jamais révélé la manière dont lui il voit son histoire. Son but était de donner au spectateur un vrai plaisir à réfléchir sur le film et laisser le mystère entier. Le réalisateur considère que s'il révèle réellement les tenants de l'histoire, l'imagination disparaitra alors et le film sera catégorisé.

Pour mettre tout ça en œuvre, Lynch a instauré une ambiance glauque et possède un sens du détail sans précédent. Des images d'objets, des gros plans, ou des phrases comme « C'est drôle de s'appeler soi-même au téléphone » doivent mettre la puce à l'oreille au spectateur. Hélas au premier visionnage c'est impossible. On essaie de comprendre l'histoire, on réfléchit et on ne voit plus les détails à l'écran. Il faut absolument se laisser bercer et ne pas penser que tout ça n'est qu'une grosse arnaque.

Pour revenir sur l'aspect bizarre ou glauque du film, il est en partie dû à une bande-son très inspirée. Des musiques d'une beauté parfois, et des ambiances sombres et dérangeantes d'autres fois. Le chant dans le « Silencio » est quant à lui plein d'émotions. Des émotions que l'on ne maîtrise pas et que l'on ne comprend même pas à ce moment du film la première fois. C'est intense et indescriptible.

Les actrices du film sont quant à elles parfaites. Plus particulièrement Naomi Watts totalement sidérante avec ses deux facettes bien distinctes. La scène de l'audition notamment est grandiose. Laura Elena Harring est un peu plus en retrait mais s'est montré elle aussi excellente.

Vous avez sans doute compris que ce film aux multiples facettes m'avait clairement tapé dans l'oeil (j'espère). Maintenant je voulais vous raconter l'histoire de « Mulholland Drive » telle que je l'ai perçu. Je conseille vivement à ceux qui n'ont pas vu le film de ne pas lire la fin de cette critique. Elle vous révèlera toute l'intrigue. Ne dites pas après que je ne vous ai pas prévenu :)

« Mulholland Drive » est en fait divisé en deux parties. D'un côté un rêve fait par Diane (Naomi Watts) et de l'autre la réalité de Diane. Dans l'ordre chronologique du film c'est le rêve qui prend place en premier. Le début du film est marqué par des images de personnes qui dansent puis d'un plan sur un lit et un oreiller. Ensuite on est transporté sur « Mulholland Drive » et survient l'accident de Rita. Sans le savoir on vient de passer du rêve à la réalité, puis à nouveau vers le rêve. Les danses et les photos prises font partie du rêve de Diane qui est allongée sur son lit et pose ensuite sa tête sur son oreiller. Vient ensuite l'accident qui fait partie intégrante du rêve de Diane. Rita est rescapée et trouve de l'aide auprès de Betty. Dans le rêve Betty incarne en réalité Diane elle-même. Betty veut percer à Hollywood, elle est pleine de rêve et d'espoir et est surtout éperdument amoureuse de Rita.

Ce rêve que fait Diane s'étend d'environ deux heures de visonnage. Durant ce rêve Rita et Betty deviennent amante et Betty obtient un rôle dans un film. Cherchant son identité, Rita fouille son propre sac à main et y découvre une mystérieuse boîte bleue avec un trou ressemblant à une serrure. Rita se souvient aussi d'un nom qu'elle a vu sur la plaquette d'une serveuse, Diane Selwyn. Les deux jeunes femmes appellent au domicile de Diane mais personne ne répond. En se rendant sur les lieux elles découvrent un corps en décomposition allongé sur un lit de chambre. Prise de panique, Rita sait que quelqu'un lui en veut et décide de modifier son apparence en devenant blonde.

Parallèlement d'autres personnages interviennent. Un tueur à gages qui fait trois victimes dans un immeuble et qui ne se révèle pas plus important que ça. Deux collègues buvant un verre dans un bar. L'un d'eux fait un rêve horrible très souvent dans ce même bar. Dans son rêve un homme fait peur aux personnes du bar. Cet homme en question est caché derrière le bâtiment. Enfin encore parallèlement au rêve de Diane, la vie d'un réalisateur bascule lorsque son prochain film se voit imposer une actrice du nom de Camilla Rhodes. Ce réalisateur, Adam Kesher est menacé et doit donc céder à un chantage. Entretemps sa femme le quitte et il rencontre un cow-boy qui lui dicte la marche à suivre pour rester en vie.

On revient maintenant à Rita et Betty, toujours dans le rêve de Diane. Après avoir passé la nuit ensemble, les deux jeunes femmes se rendent dans un Club, le « Silencio ». Ici se passent des phénomènes étranges. Tout n'est qu'une illusion. Une femme monte sur la scène et chante une chanson que l'on suppose d'amour. Bouleversées, les deux jeunes femmes découvrent dans le sac à main de Betty, une clé bleue. Alors que la chanteuse du club s'évanouit et que donc le rêve commence à s'effondrer, les deux jeunes femmes rentrent à la maison de Betty. Elle trouve la boîte bleue puis Betty disparaît subitement. Rita la cherche, mais finit par insérer la clé dans la serrure et la tourne. Rita disparaît à son tour. La boîte tombe au sol.

Cet événement marque la fin du rêve et le retour à la réalité pour Diane. Diane est une femme en dépression, ça se voit sur son visage. Des flashbacks sont là pour nous faire comprendre qu'elle a vécutune histoire d'amour. Mais Diane a commis une chose horrible, elle a fait tuer cet amour, Camilla Rhodes. Pour cela elle a engagé un tueur qui n'est autre que le tueur que l'on voit dans son rêve. Tout cela par jalousie. Camilla avait mis un terme à leur relation et est tomber amoureuse d'un certain Adam Kesher réalisateur de films. Le rêve de Diane contient en réalité ses regrets et l'espoir qu'elle avait placé dans la relation qu'elle entretenait avec Camilla, mais surtout comment elle voudrait réécrire l'histoire.

Dans le rêve Betty représente donc Diane comme elle aurait voulu l'être. Célèbre, avec une belle carrière, amoureuse de Camilla. Camilla qui n'est autre que Rita dans le rêve. Mais tout cela n'était plus possible dans la réalité, la faute à Adam Kesher. C'est pourquoi dans le rêve Adam est un homme torturé, menacé et malmené. Dans le rêve Adam ne veut pas de Camilla pour son film alors qu'il est amoureux d'elle dans la réalité. C'est l'inconscient de Diane qui bâtit tout cela dans le rêve. Elle le bâtit comme elle l'aurait voulu finalement. Si Adam n'avait pas rencontré Camilla sur un de ses films rien de cela ne se serait passer. Dans le rêve Adam est menacé par un cow-boy et la mafia. Le cow-boy fait partie de la réalité de Diane puisqu'elle a vu cet homme à une fête. Pareil pour les mafieux. Le rêve de Diane est entièrement bâtit avec des personnages de la réalité. Mais une réalité modifiée.