La critique

Premier film de Duncan Jones, le fils de David Bowie, « Moon » est un film de science-fiction à tout petit budget mais à grandes idées.

L'histoire de Sam Bell est peu banale. Il a paraphé un contrat de trois ans pour aller travailler seul sur la lune afin d'extraire une énergie nécessaire à la terre. L'homme se retrouve seul, totalement coupé du monde. Sa seule compagnie, gerty, un robot intelligent qui peut parler, sourire ou pleurer. La routine commence à se faire ressentir et Sam se sent de plus en plus mal. L'isolement pèse beaucoup dans son malêtre mais pas seulement. Alors qu'il lui reste seulement quelques semaines avant de rentrer chez lui, Sam a un accident. L'ironie du sort veut que ça soit son remplaçant sur la lune qui le sauve.

Moon
Moon

Cette histoire jamais vue au cinéma, est très agréable à suivre. Le cadre de vie de Sam Bell est splendide, les vues sur la lune sont imprenables même si son travail est ingrat et sa solitude désespérante. Néanmoins ce cadre idyllique arboré principalement de blanc fait rêver. C'est surtout la première partie du film qui nous fascine par la beauté visuelle de ses plans, la découverte de l'espace de vie du personnage, son travail, sa relation avec sa famille, etc.. Toute cette partie d'introduction qui précède les éléments perturbateurs est superbe notamment grâce à sa légèreté.

La suite s'annonce tout aussi réussi puisque « Moon » nous touche au plus profond de nous-mêmes vers le milieu du film puis à la fin. L'accent est clairement mis sur la psychologie des personnages et c'est ce qui fait de « Moon » un film différent des autres du même genre. Ce sont les personnages qui nous intéressent et les trois concernés (Sam, son remplaçant et le robot gerty) sont très différents. Sam est un personnage qui nous fait vraiment pitié du fait qu'il soit innocent, calme, chétif et qu'il ne peut pas maîtriser ce qu'il lui arrive. On a du mal à s'imaginer à sa place car cela doit être très difficile moralement. Son courage en fera le personnage charismatique du film. Le remplaçant de Sam, celui qui le sauve de son accident, est déjà plus en retrait. Lui comprend tout de suite la manigance de Lunar contrairement à Sam qui refuse de voir la vérité en face. Plus lucide, mais plus caractériel, ce remplaçant est bien moins attachant que Sam. Enfin gerty le petit robot qui lui connaît toute la vérité sur les intentions de l'entreprise, est très sympathique, serviable et adorable. Sa présence dans le film est presque humaine, il y joue un rôle très important. Les révélations qu'il finit par faire voyant le désespoir de Sam, sont capitales.

Bien qu'il ait un tout petit budget comparé à de grosses cylindrées hollywoodiennes (5 millions de dollars), « Moon » nous transporte sur la lune d'une façon magistrale. Les effets spéciaux sont tout à fait satisfaisants et la mise en scène est d'une intelligence remarquable. Les plans sont beaux, le montage est excellent et je retiendrais surtout les dix dernières minutes qui closent en beauté ce drame psychologique.