La critique

Film de Denis Villeneuve à la sortie prévu fin aout, « Enemy » entremêle scénario complexe, ambiance malsaine et psychologie maladive.

Tout commence par le récit d'une dictature dans la bouche d'Adam à ses élèves pendant un de ses cours. Cela peut paraître anodin mais en fait ça ne l'est pas et nous allons voir pourquoi dans le dernier paragraphe de cette critique réservée aux personnes ayant vu le film et voulant un point de vue.

Enemy
Enemy

Du reste ce scénario complexe où on peut voir des araignées et où il semble y avoir plus d'un brin de schizophrénie volé chez « Fight Club », est de bonne qualité même si on peut reprocher plus d'une chose à cette histoire.

Ce scénario est plutôt original puisque ce genre d'histoire de sosie ,n'a pas été beaucoup vu dans des films. Là où cela manque d'originalité c'est dans le traitement des personnages. On ressent bien une maladie profonde du personnage campé par Jake Gyllenhal. Une des références filmique de cette situation est le film « Fight Club » de David Fincher mettant en scène un personnage schizophrène. Le problème avec le film de Villeneuve c'est qu'il est bien moins passionnant. «Enemy » un film qui se révèle au final assez décevant. Son manque de passion et son manque de rythme y sont pour beaucoup. Le film dure 1h30 mais on est heureux que cela se termine puisque le rythme reste très lent jusqu'aux scènes finales où là seulement cela s'accélère un peu. Le récit ne passionne pas véritablement et je ne sais pas vraiment à quoi cela est dû. Si on compare avec le précédent film de Villeneuve, « Prisoners », il y a pas photos le prédécesseur remporte la mise. Alors que « Prisoners » instaurait une ambiance glauque et malsaine avec des personnages intéressants (Jake Gyllenhal et Hugh Jackman), ici « Enemy » se contente de l'ambiance pour laisser de côté ses personnages. Les seuls personnages intéressants étant Adam et Anthony. Du reste les femmes sont très en retrait (surtout Mélanie Laurent).

Autre point qui m'a marqué mais plus technique cette fois, c'est la photographie. La comparaison avec « Prisoners » donnerait encore vainqueur ce dernier puisque « Enemy » arbore un jaune assez terne qui pollue véritablement l'écran. Pas très agréable et pas franchement utile. Au niveau de la bande-son, elle n'est pas impressionnante et a du mal à faire monter la tension dans les moments propices. Elle est à l'image du film, plein de bonnes intentions mais ne nous fait jamais vraiment décoller. Au niveau du casting c'est très hétérogène. Jake Gyllenhal est plutôt bon dans ses deux rôles et sait faire ressortir les traits de ses deux personnages. Sarah Gadon est quant à elle très convaincante dans son rôle de femme enceinte désespéré. Enfin Mélanie Laurent a quant à elle été en retrait et ne s'est pas toujours montré à son avantage notamment à la fin.

Après cette petite critique je voulais revenir sur l'histoire du film, et vous la décrire tel que je l'ai comprise. Pour dénouer un peu les liens de cette histoire il m'a fallu réfléchir et m'aider un peu d'autres analyses. En lisant plusieurs hypothèses et en dégageant ma réflexion j'en suis arrivé à quelque chose. Ne lisez pas les prochains paragraphes si vous n'avez pas vu le film mais passez directement au dernier, puisqu'ils révèleront des parties essentielles du film.

Nous avons donc deux histoires différentes, celle d'Adam et celle d'Anthony. Tout laisserait penser que ces deux personnages ne forment en vérité un et un seul personnage. C'est le cas. Mais quel est ce personnage ? Nous allons tenter d'y répondre en essayant les deux hypothèses.

On admet que le personnage principal soit Adam. Adam a une petite vie où son couple vit des heures compliquées puisque Adam fait l'amour à Mary mais ne lui parle quasiment jamais. Dans cet élan de vie morose et non rythmé, Adam s'imagine alors un double à la vie bien plus heureuse puisqu'il va bientôt devenir papa. Seulement ce double qui n'est autre qu'Anthony trompe sa femme avec une mystérieuse inconnue et on ne sait pas pourquoi. Et là on est bloqué puisqu'il est très difficile de donner explication aux autres éléments, la présence d'araignées notamment. C'est pourquoi notre personnage n'est pas Adam mais bien Anthony.