La critique

Deuxième opus d'une trilogie qui aura marquer de son empreinte le cinéma de science-fiction, « Matrix Reloaded » essaye tant bien que mal de suivre l'exemple de son aîné encensé par la critique et devenu un classique du genre.

Trois ans après Matrix, Lana et Andy Wachowski reviennent pour un second épisode. Ils emportent avec eux le même casting notamment composé de Keanu Reeves et Laurence Fishburne. Cette suite, très critiquée, divisera énormément son public. Voyons ensemble pourquoi.

Matrix Reloaded
Matrix Reloaded

Matrix reposait sur un concept et un scénario des plus géniaux. Notre monde n'est qu'une projection faites par des machines très intelligentes (IA) pour nous faire croirent que nous sommes dans un monde réel. En vérité ces machines cultivent les êtres humains car ils contiennent l'énergie qui leur est indispensable. Cette projection ou ce monde irréel est appelé la matrice. Il est à mettre en contraste avec le monde réel, la ville de Sion qui abrite les derniers rescapés de l'espèce humaine. Comme tout système, la matrice a des failles. Certaines personnes arrivent à manipuler la matrice et la matière comme elles le désirent. C'est le cas de Néo, rebaptisé l'élu. Pour se protéger de ce genre de problème le système a mis au point un self-défense : les agents. Les agents recherchent les personnes connectées à la matrice de façon illégale et les éliminent.

Un scénario tout droit venu d'un subconscient mais aussi tiré d'oeuvre philosophique (l'allégorie de la caverne pour n'en citer qu'une). « Matrix Reloaded » est donc quant à lui une suite directe. C'est dans cet épisode que l'on découvre la ville de Sion pour la première fois. Une ville crasseuse au passage. Chacun se prépare à l'affrontement avec les machines (sentinelles). Comment arrêter cette guerre ? Comment arrêter l'agent Smith prêt à tout pour détruire les deux mondes ? Comment invoquer le créateur pour que tout cela cesse ? Voilà les questions que soulève ce deuxième épisode.

Un épisode qui est marqué par beaucoup de difficultés de compréhensions. Trop de questions se posent, trop de personnages interviennent (Homme des clés, Mérovingien, Architecte, etc..), on a l'impression que Lana et Andy Wachowski ont perdu la flamme qui les animaient. Matrix était original et complexe. Sa suite n'est pas complexe mais compliquée au point où beaucoup d'aspects du scénario deviennent inutiles (rencontre avec le Mérovingien par exemple).

« Matrix Reloaded » laisse donc de côté le concept génial de Matrix pour se concentrer un peu plus sur les scènes d'action qui sont ici bien plus nombreuses. Mais plus nombreuses ne veut pas forcément dire meilleur. Dans Reloaded on a droit à beaucoup de scènes de baston à mains nues (chez le Mérovingien, contre l'agent Smith et ses clones). « Matrix » possédait déjà cette caractéristique (Néo vs Smith dans le métro) mais à un détail près. Dans « Matrix » les réalisateurs n'utilisaient pas d'images de synthèse pour remplacer leurs personnages. Dans Reloaded si on prend le combat entre Néo et les Smith sur la petite place, une bonne partie de cette séquence contient un Néo totalement créé en 3D. Ce choix artistique provoque un manque de réalisme sidérant au point que l'on se croit plus dans un combat sur un jeu vidéo que dans un film. Pour rester sur cette séquence, elle est plutôt bien au début (scène réaliste sans 3D) et puis s’essouffle peu à peu. Au final on se rend compte que cette séquence citée plus haut reflète parfaitement ce deuxième épisode. Plein de bonnes intentions, manque cruel de réalisme (scène sur l'autoroute, les vols de Néo), le besoin d'en faire trop (les explosions, ralentis et compagnie) et le scénario bâclé. Alors que le premier épisode était bien dosé, celui-ci tombe dans la démesure et ceux même au niveau des dialogues qui sont parfois tombés bien bas.

Si on veut quelque chose de totalement semblable au premier épisode, c'est du côté du casting qu'il faut regarder. On retrouve les excellents Keanu Reeves, Carrie Anne-Moss et Laurence Fishburne. Hugo Weaving est toujours parfait dans un rôle qui lui va comme un gant. Les arrivées de Lambert Wilson et Monica Belluci sont plutôt agréables bien que les personnages paraissent quand même très inutiles. Enfin on parlera quand même de Jada Pinkett Smith dans le rôle de Niobe. Aucun charisme, aucune présence pour un personnage qui sera vite à oublier.

Au niveau des effets spéciaux, « Matrix Reloaded » abandonne donc un peu le côté réaliste des câbles qui aidaient aux cascades de l'épisode précédent et se concentre plus sur des images de synthèse. Tout ça n'est pas vraiment très affriolant. Les personnages en 3D ne sont pas top et certaines scènes en deviennent grotesques (Les deux camions qui se rentrent dedans au ralenti). Il faut quand même rester honnête, ces effets spéciaux sont spectaculaires. Le seul bémol c'est qu'ils ne sont pas utilisés à bon escient. Quant à la bande-son, elle est très bien et rejoint celle du premier opus.