La critique

Film de David Lynch qui est un préquel à la série Twin Peaks de David Lynch et Mike Frost, « Twin Peaks Fire Walk with Me » s'apparente à un véritable labyrinthe comme le réalisateur les aime. Tentons d'expliquer les grandes lignes de ce pur moment de cinéma.

Avant toute chose je précise que je n'ai pas vu la série au moment où j'écris cette critique. Comme pour la critique de « Mulholland Drive » toujours de David Lynch, je vous propose une petite analyse du film dans tous ses recoins (enfin presque). Avant ça une petite critique pour décrire les impressions après une telle claque dans la figure.

Twin Peaks Fire Walk with Me
Twin Peaks Fire Walk with Me

Le scénario de ce film est donc comme je le dis plus haut un véritable labyrinthe comparable à celui de « Mulholland Drive » avec des mélanges entre les rêves et la réalité. Lynch nous offre donc un cocktail démentiel de mystères et d’incompréhensions couplés à de magnifiques scènes qui nous parlent par leur beauté visuelle et sonore. Un scénario peu banal mis très en valeur par une mise en scène grandiose et très soignée. « Twin Peaks Fire Walk with Me » mélange tous les registres. Le fantastique, l'épouvante, le thriller, le policier mais aussi le drame. Un film inclassable dans une seule de ces catégories, mais rangé dans chacune d'entre elles.

Ceux qui auront vu « Mulholland Drive » avant « Twin Peaks » ne seront surement pas étonné par le film ni par sa mise en scène. Il faut quand même rappeler que celle-ci est vraiment splendide. Les détails sont de mise comme dans « Mulholland Drive ». La lampe bleue, la rose bleue, la bague, etc.. Beaucoup de points similaires dans l'ambiance toujours avec « Mulholland Drive ». Les décors renfermé par des rideaux, le bleu de la clé, de la boîte et celui du Silencio dans « Mulholland Drive », comparable au bleu de la rose et de l'ampoule dans « Twin Peaks ». L'éclairage arbore aussi ce bleu subtil que Lynch doit particulièrement affectionner au point de l'utiliser directement sur le visage de ces personnages pour donner un malaise à son spectateur. A noter des plans de caméras remarquables, posés et qui contribuent à l'ambiance souvent dérangeante du film.

Une ambiance bizarre tantôt sereine, tantôt oppressante, des fois rassurantes et d'autres fois flippantes. Autre caractéristique très importante dans le film de Lynch, la bande originale. Encore une fois on peut la comparer à celle de « Mulholland Drive ». D'une rare beauté, originale et qui apporte souvent une sérénité bienvenue. La scène dans le bar où une femme chante est tout aussi incroyable que pouvait l'être celle du Silencio dans « Mulholland Drive ». Apaisant dans cette partie plus brutale du film.

Quant au casting, il est lui aussi un point absolument essentiel au film puisque les acteurs/actrices ont été vraiment remarquables. Palme d'or à Sheryl Lee qui m'était jusque-là inconnue. L'actrice a vraiment sublimée son personnage aux multiples facettes. Sheryl Lee nous fait tous, l'horreur, la joie, au point de presque éclipser les autres personnages. Celui qui arrive aussi à vraiment nous marquer grâce notamment à la prestation de l'acteur, c'est le personnage de Leland Palmer, le père de Laura. Ray Wise est définitivement flippant dans son rôle de père schizophrène. Moira Kelly dans le rôle de Donna est plutôt bien même si sa meilleure amie Laura lui vole la vedette, laissant son personnage en retrait. Enfin Kyle Maclachlan, bien que peu présent, a été très bon et surtout très classe dans le rôle de l'agent Dale Cooper.

Il est maintenant venu le moment de tenter (je dis bien tenter) de vous expliquer cette fameuse histoire qui il est vrai est assez difficile à comprendre. Je vous livre ici une opinion que je me suis fait après un seul visionnage (pas facile de se rappeler de tout). Je conseille vivement à ceux qui n'ont pas vu le film de ne pas lire la suite car je vais révéler (presque) toute l'intrigue. Si vous n'avez pas vu le film, je vous prie de passer au dernier paragraphe.

Tout commence donc à Twin Peaks lorsque Teresa Banks est retrouvée sans vie, son corps flottant sur la rivière bordant la ville. Les agents du FBI Chester Desmond et Sam Stanley sont chargés de l'enquête et se rendent donc chez le chérif de la ville pour pouvoir examiner le corps de la défunte. Les enquêteurs découvrent alors une lettre sous l'ongle de Teresa, un « T ». Ils voient aussi une marque sur son annulaire qui laisse présager qu'elle portait une bague, bijou qui a disparu. Les agents mènent aussi l'enquête autour de la demeure de Teresa, un terrain de camping. Alors que Sam est parti à Portland avec le corps pour une autopsie, Chester reste et retrouve la bague dans le camping. C'est la dernière fois que nous verrons Chester puisqu'il disparaît tout à coup. Sa disparition est en fait causée par sa découverte de la bague. Comme Rita et Betty disparaissaient dans la boîte bleue dans « Mulholland Drive », Chester disparaît à cause de la bague.

C'est alors que Dale Cooper intervient. Agent de police lui aussi, Dale fait un cauchemar depuis un moment déjà. Dans son rêve, il teste les caméras du commissariat où il travaille et finit par se voir dessus alors qu'il n'est pas dans le champ. Arrive alors un certain Philippe. L'image se brouille alors que leur discussion continue. Son rêve nous transporte ensuite dans une pièce inconnue où plusieurs personnages étranges marmonnent des choses (un nain, un homme masqué, un homme aux cheveux longs, une vieille dame et un enfant). Cette scène vous déroutera surement et vous laissera perplexe. Prenez garde à chacun de ces personnages car il réapparaîtrons. Alors que le rêve prend fin, Dale est chargé d'aller enquêter à Twin Peaks pour savoir comment a disparu Chester. Dale finit par comprendre que le meurtrier de Teresa Banks va récidiver. Une autre jeune femme va mourir. Elle est blonde, elle se drogue et elle est lycéenne. Cette femme c'est Laura Palmer.

Un an plus tard à Twin Peaks, nous allons donc suivre les sept derniers jours mouvementés de la vie de Laura Palmer. Laura est une lycéenne à peu près comme les autres, elle se drogue, elle tient un journal intime, etc.. Néanmoins Laura mène une double vie. Elle sort avec Bobby mais aussi avec Mike. L'un étant gentil et attentionné, l'autre étant son dealer quotidien. Alors qu'elle s'apprête à écrire dans son journal intime comme à son habitude, elle découvre qu'il manque des pages à celui-ci. Quelqu'un les a arrachées. Pour Laura il ne fait aucun doute que le coupable est Bob, un parfait inconnu pour nous spectateur.

Sans détailler chaque scène du film car cela n'a pas beaucoup d'intérêt, je vais décrire comment j'ai vu cette deuxième partie du film.

Commençons par le personnage de Laura. Pour moi Laura est quelqu'un de très perturbée. Un père schizophrène et une mère surement dépressive et en plus drogué par son mari, la drogue, le sexe, Laura est très mal dans sa peau. Côté sentimental, Laura sort avec Bobby, un gars qu'elle désigne comme looser et qui lui fournit de la drogue. Alors qu'ils vont tous les deux chercher de la drogue à un rendez-vous nocturne, Bobby tue le fournisseur avec son arme à feu. La victime est un policier et a été aperçut dans la première moitié du film lorsque les agents du FBI voulaient voir le corps de Teresa Banks ; Mais Laura mène une double vie, c'est pourquoi elle sort aussi avec James, un jeune homme très bien et éperdument amoureux d'elle. De la même manière qu' elle mène une double vie, Laura a une double personnalité. Un côté rationnel et un côté démon. Ne sachant plus ce qui est rêve ou ce qui est réalité (comme nous spectateur d'ailleurs), elle croit faire l'amour à un certain Bob qui lui aurait volé des pages de son journal intime, alors que c'est son propre père fou qui la viole.

Cela amène à une fin très riche en émotions. Alors qu'elle dit adieu à James, Laura se prostitue de nouveau dans une cabane en forêt. Cette fois son père débarque et tue un des hommes qui avait attaché sa fille l'autre ayant fuit. Laura est enlevée par son père, elle est accompagnée d'une autre jeune femme. Et c'est dans les bois, dans un ancien wagon que Leland Palmer va sauvagement tuer sa fille alors qu'un homme cherche Bob partout désespérément (un homme à qui il manque un bras). C'est après cet acte barbare que nous revoilà transporté dans la pièce que nous avons vu plusieurs fois en rêve. Une pièce bordée de rideaux rouges et au carrelage noir et blanc avec des formes géométriques. On y retrouve les deux meurtriers Bob et Leland qui ne forment en réalité qu'une seule et même personne. Leland est schizophrène donc Bob représente pour moi son côté démon. Le final du film, très bien construit, clôt le film à la manière d'un opéra puisque la dernière scène se focalise sur la défunte Laura Palmer qui pour la première fois sourit véritablement. Son père a mis fin à ses souffrances en l'assassinant sauvagement comme il a pu le faire avec Teresa Banks.