La critique

Kathryn Bigelow revient avec un nouveau film explosif et nous conduit tout droit en Irak où nous allons vivre aux côtés de soldats américains spécialistes dans le désamorçage de bombe.

Premier constat sur le film de la réalisatrice de « Point Break Extrème Limite » et plus récemment de « Zero Dark Thirty » film retraçant l'arrestation de Ben Laden, c'est son scénario que je trouve un petit peu limite.

Démineurs
Démineurs

L'histoire de « Démineurs » est très originale en soi, mais la façon dont les éléments s'enchainent l'est beaucoup moins. Les missions se succèdent sans vraiment avoir de lien, les soldats désamorcent des bombes avec parfois des situations vraiment difficiles (voitures piégées, bombes humaines) mais cela s'arrête là. Bien évidemment les personnages ont une importance dans l'histoire car chacun a une personnalité bien à lui, mais on a l'impression que l'histoire aurait pu continuer pendant des heures comme ça, sur une sorte de routine. Néanmoins cette routine arrive quand même à nous passionner suffisamment pour ne pas nous désintéresser du film. Mais ce n'est pas forcément l'histoire (dans son ensemble) qui nous agrippe mais plutôt quelques situations chaudes et des personnages attachants.

Le désamorçage de bombe est une pratique qui met surement la pression à celui qui est concerné, mais pas seulement. Grâce à « Démineurs » et ses plans filmés au plus près du démineurs qui puis est, nous sommes pris nous spectateur, dans cette dangereuse tâche. C'est cette mise en scène qui peut faire oublier un peu cette histoire tirée par les cheveux qui nous conduit à un final peu surprenant. Des plans de caméra généreux et de belles prises de vues favorisent l'immersion dans le monde hostile de l'Irak. On se croirait dans un reportage au plus près des soldats sans les interviews et les regards caméra qui vont avec. La scène qui vous convaincra de l'affirmation précédente est sans nul doute celle du duel au sniper. Une scène très longue mais pas ennuyante, on se croirait dans un reportage de TF1 mais en mieux.

Ensuite les personnages du film sont pour la plupart intéressant, tous dans la même galère de leur métier. On retrouve la parfaite tête brulée, William James, campé par un Jeremy Renner au top de sa forme. Une petite rivalité avec son acolyte Sanborn interprété par Anthony Mackie. L'acteur nous a fait une nouvelle fois forte impression dans son rôle. Son personnage se révèle bien plus sensible que l'on ne croit. Ensuite un inconnu au casting Brian Geraghty qui clôt le groupe de spécialistes en déminage. Un personnage troublé par la guerre et qui apporte une vraie dimension réaliste au film. Un personnage qui est le véritable opposé de William James, le dernier étant totalement inconscient des risques qu'il prend en Irak. Pour clore sur le casting et les personnages, je regrette quand même de ne pas avoir plus vu Guy Pearce qui n'a au final que très peu d'importance dans le film.