La critique

Pour cette 70ème critique, j'ai donc choisi « Scarface » de Brian de Palma. Un classique parmi les classiques mais le film est-il à ranger à côté d'autre chef-d'oeuvre ? Réponse tout de suite.

Après le très bon « Blow Out » avec John Travolta, le réalisateur de « Phantom of the Paradise » ou encore de « Snake Eyes » nous introduit dans une Floride lieu de trafic de drogue et terre d'accueil des immigrés opposants au régime communiste de Fidel Castro.

Scarface
Scarface

Ecrit par le très connu Oliver Stone (« Platoon », « Tueurs Nés » ou encore « Savages »), le scénario de « Scarface » est très original et possède une histoire longue de 2h50 mais vraiment agréable à suivre. Dans ce récit poignant et bourré de suspense plus particulièrement à la fin, nous suivons l'ascension d'un jeune caïd cubain, expulsé de son pays pour aller à Miami. Antonio Montana de son vrai nom ne veut pas rester simple employé dans une friterie, mais percer sur le marché de la drogue car il sait que cela peut rapporter gros. Lui et son ami Manny démissionne alors de leur petit boulot pour travailler pour la pègre. Ils y parviennent et Tony se trouve un sens aigu des affaires. Il a beaucoup d'ambition et plus il en a, plus la collaboration avec son supérieur Frank Lopez devient difficile. C'est pourquoi quand Frank le trahi, Tony tente de l'éliminer pour prendre sa place dans le milieu.

Ce qui fascine dans « Scarface », plus que son histoire qui nous offre un lot de scènes véritablement inoubliables, ce sont ses personnages et l'empathie que l'on a pour eux. Dans « Scarface », les personnages qui font les frais des affaires et qui sont les grandes victimes du trafic de Tony, ce sont les femmes. Des femmes magnifiques qui apportent une vraie beauté et une touche sensuelle au film. Michelle Pfeiffer dans le rôle d'Elvira et Mary Elizabeth Mastrantonio dans celui de Gina sont des femmes sous l'emprise de Tony devenu un espèce de tyran après sa prise de pouvoir. Elles sont innocentes et sans défense. L'interprétation des deux actrices est superbe plus particulièrement Michelle Pfeiffer qui est vraiment sublime.

Pour ce qui est des hommes c'est indubitablement Al Pacino qui crève l'écran et pour ce rôle il valait mieux. Son Tony Montana sombrant peu à peu dans la folie et dans la paranoïa est psychologiquement très riche. Un personnage auquel on s'attache malgré toute la barbarie dont il est fait. Son tact et son beau discours en seraient presque drôles et montre toute l'intelligence du personnage qui va finalement perdre pied dans l'empire qu'il s'est bâti. Il s'est longtemps battus pour avoir ce qu'il a, il s'est battu pour vivre son rêve américain, mais il s'est battu pour finalement se rendre compte qu'il n'est pas heureux et que maintenant la cocaïne qu'il vend, est sa drogue. Dans son combat pour la réussite il emmène un ami, Manny. Mais contrairement à Tony, Manny sait poser les limites. Steven Bauer nous livre aussi une grosse prestation comme les autres acteurs présents au casting dans l'ensemble.