La critique

Warrior, un film où des masses musculaires vont se battre pour le plaisir de se battre sans que le film n'ait vraiment de fond.

Pas du tout. Ce titre qui rappelle un peu ceux des séries B des années 80, n'est pas celui d'un nanar. Warrior est un excellent drame familial, film d'action ou encore film d'arts martiaux.

Warrior
Warrior

Un scénario tout à fait original, deux frères chacun luttant pour une cause juste, et participant tout deux au même tournois pour remporter une somme colossale. Brendan qui est un père de deux petites filles, mais qui connaît des problèmes financiers, et Tommy, qui s'est enfui avec sa mère alors qu'il n'était même pas majeur. Après la mort de celle-ci Tommy s'engage dans la marine, d'où il est finalement renvoyé plus tard. Un personnage psychologiquement fragile, et qui conserve une profonde haine envers son père et son frère.

Le casting du film est très bon, on adore voir des acteurs aussi talentueux dans ce genre de film. Les principaux, Joël Edgerton et Tom Hardy sont excellents dans leurs rôles. Hypers crédibles, impliqués avec une réelle préparation physique pour leur rôle. Chacun des acteurs a pris du poids, et a souffert durant le tournage (une côte fêlée pour Tom Hardy par exemple). Mais le rendu en vaut la peine, car on a droit à des combats très bien mis en scènes. Je reprocherais peut-être la version française de la voix de Tom Hardy, que je ne trouve pas terrible. Les acteurs secondaires sont tout aussi bons bien qu’ils soient moins présents à l'écran. Je pense directement à Nick Nolte qui nous livre une très bonne prestation, en tant que père des deux combattants. On prend réellement pitié de ce personnage impuissant et qui veut vraiment racheter ses erreurs du passé, et recoller les morceaux avec ses deux fils que tout oppose.